Maguy et son enseignement

Projet pédagogique

«Je désire avant tout que la cithare comble de ses joies chacun de ceux qui souhaitent en jouer…»

Consciente de ce que l’image de l’instrument dépend en grande partie de la formation des citharistes, Maguy s’attache à combiner le plaisir musical avec un enseignement rigoureux, tant pour la technique que pour les connaissances requises (sauf bien sûr, en cas de démarche musico-thérapeutique).

«Mon objectif est de faire de chaque élève un musicien à part entière – autonome pour le déchiffrage des pièces, artiste par son toucher et son interprétation, et le cas échéant compétent dans le service liturgique ; convaincue qu’entre la relative facilité de cet instrument et la virtuosité que j’ai pu acquérir, existe un vaste espace où chacun peut goûter à sa mesure le bonheur d’être cithariste, y compris moyennant un certain effort.»

Historique

Maguy a donné ses premières leçons de cithare dès 1982, et organisé près de 400 stages depuis 1984 – en France bien sûr mais aussi Suisse, Belgique, Italie, Espagne et même Polynésie.

Ses premiers élèves lui ont été confiés par le compositeur lyonnais Marcel Godard, qui avait très tôt décelé en elle des prédispositions techniques et pédagogiques ; c’est également à lui qu’elle doit ses premiers stages à l’abbaye d’En Calcat (Tarn), lieu où elle a pu entrer en contact avec les luthiers, et se faire connaître à l’échelon international.

Son expérience de l'enseignement date donc de plus de 30 années (dont sept à l’École Cathédrale de Paris), avec sans doute quelque mille citharistes formés plus ou moins longuement – dont plusieurs sont eux-mêmes devenus professeurs (Claire Coletta, Erna Callewaert, Elena Guidi, Éliane Bouquin etc.)

Partie " de rien " puisque personne avant elle n'avait sérieusement réfléchi à la meilleure manière de toucher l'instrument, Maguy a élaboré au fil des années une technique solide et reconnue (jeu latéral des cinq doigts), qui tient compte des dispositions naturelles de chacun, et amène le plus grand nombre à un excellent niveau.

Pourtant, même si elle a plaisir à faire travailler les plus avancés, Maguy garde toujours un goût très particulier à enseigner aux débutants…

«L’essentiel demeure de jouir de chaque moment musical, aussi modeste soit-il…»

J’ai entendu et vu jouer mille cithares, sombres ou claires,
et sur les cordes, j’ai vu des mains
de toutes les couleurs, de tous âges, de tous talents,
qui cherchaient et trouvaient la beauté… (Maguy)

Dernière mise à jour le 14 January 2014.