Confidences

Si l’on demande aux citharistes ce qui les séduit dans leur instrument, la plupart répondent : « douceur du timbre, beauté de l’harmonie »…

De par son expérience plus approfondie, Maguy tient à citer aussi la prolongation et la superposition des résonances… et encore, le privilège d’un instrument polyphonique (capable de produire sa mélodie et son accompagnement) – source d’une authentique plénitude. D’où les joies immenses de l’interprétation, l’improvisation, la composition…

Au fur et à mesure des nouveautés en lutherie, Maguy se retrouve avec une dizaine de cithares, correspondant aux différents modèles : importance pour le professeur de pouvoir tester et comparer, et subtilité pour l’interprète ou le compositeur, attentif à choisir toujours l’instrument adapté à chaque musique…

Les répertoires aimés de Maguy ? « Les compositions, qui valorisent au mieux l’instrument ; les transcriptions de grande musique classique, plaisir de s’approprier le plus beau du répertoire ; le folklore qui donne la joie, et nous rapproche de tant de régions ou pays ; les musiques dépouillées, propices à l’intériorité… »

Chanter en s’accompagnant, une plénitude… Avantage des cordophones sur les vents…

Les « plus » de la cithare ? « Après tant d’années et d’expériences de toutes sortes, je crois pouvoir dire qu’elle ne peut être comparée à aucun autre instrument… »

Par sa douceur, sa beauté, sa plénitude, elle commence par apaiser profondément – aussi bien l’exécutant que l’auditeur (de très beaux témoignages de musicothérapie…)

Surtout la cithare parle au cœur, et souvent parle de Dieu ; elle Le représente par sa discrétion, sa douceur, son harmonie.

Des rencontres fabuleuses : un autre cadeau de la cithare dans la vie de Maguy…

« Tant d’amis citharistes – des êtres à la sensibilité exceptionnelle… Six luthiers, tous remarquables par leur génie… une dizaine de compositeurs, admirables par leur richesse intérieure… tant d’interprètes de tous pays remplis de délicatesse… des collectionneurs passionnés et souvent talentueux dans leurs démonstrations… »

Don de soi… De 1988 à 2015, un énorme investissement personnel dans la fondation puis l’animation des Amis de la Cithare, seule structure travaillant à la promotion de l’instrument. A compter de 2015, suite de l’implication comme adhérente...

« Pour une telle cause, un instrument si attachant, je ne regrette rien du temps donné. Outre le quotidien de la revue et des contacts, les événements que nous avons organisés nous ont souvent procuré des joies indicibles : à En Calcat, bénédiction de 50 cithares en 92, puis grande journée culturelle de 98 ; Itinéraire en Haute-Provence sur les pas de Marcel Godard (2004), messe radiodiffusée en Suisse (2009), concert Orgue et cithare en Alsace (2012) etc. »

Dernière mise à jour le 20 October 2015.