J’ai donc repris ce mois-ci les sentiers du studio d’enregistrement – sentiers évidemment redoutés de tout musicien… mais je me dis chaque fois qu’à la cithare, c’est pire que tout ! Songez aux aléas de l’accordage, même sur une matinée… et encore, à ces 121 cordes résonant par sympathie, toujours prêtes à vous accrocher les doigts et à produire des vibrations intempestives…

Avec ces dernières années l’accent mis sur les vidéos YouTube, l’enregistrement purement audio remontait pour moi à 2009, pour les Chants de psaume. En me lançant dans un CD de musique d’Israël, je retrouvais l’instrumental pur et ses exigences spécifiques – mais surtout, un niveau technique bien supérieur à mes réalisations précédentes…

Rétrospectivement, je constate en moi un désir si ancien et nourri d’espérances déçues, d’enregistrer ces Kinodies, que je n’ai pas hésité à accepter une date à échéance de 6 semaines seulement, pour mettre au point la bagatelle de 34 titres ! Il faut dire que l’hiver est la seule saison où je n’ai pas de stage ; de plus après les fêtes, les leçons individuelles ne reprennent que très lentement… Donc seule période propice aux travaux substantiels.

Pas question pour autant de tout mettre en chantier simultanément ! …Partant de mon heure de travail quotidienne, j’ai opéré une lente montée en puissance jusqu’à 5-6 heures : en terme de concentration, et ne serait-ce que musculairement pour que le corps s’habitue graduellement à l’effort demandé aux doigts, qui remonte jusqu’aux côtes…

Entraînement soutenu donc : une sorte de carême musical, assez agréable tout de même… avec en parallèle, révision de la cithare, planification de la taille des ongles d’après le calendrier lunaire, soin particulier de la pulpe des doigts pour prévenir la formation de cales trop épais… et jusqu’au choix de vêtements sans boutons pour ne pas heurter le bois… Enfin, je ressors du placard la fidèle paire de mitaines qui a présidé à chaque enregistrement depuis 1991 : incomparable pour des étouffements silencieux, utile aussi pour le glissement des poignets sur la tablette… (Dommage, je n’ai pas pensé à faire tirer la photo du siècle !).

x-default
Séance de mixage au studio L’artisterie

Moyennant quoi le jour venu, j’étais tranquille et heureuse en embarquant dans le taxi ! Et ce ne fut pas une piètre satisfaction, que de boucler comme prévu la prise de sons en 5 matinées !

A quand le CD me direz-vous ? Désolée de décevoir, mais restent de multiples étapes à franchir – mixage, jaquette, étude commerciale pour quantifier le tirage, et probable appel aux sponsoring, duplication, communication… Merci d’avance pour les coups de pouce de tous ordres que je recevrai au cours du semestre !

x-default.

Autres infos, autres émotions en mars…

Posté le lundi 12 février 2018 dans Actualités

Quelques partitions :

  • • Transcription d’un petit Lied de Haydn : idéal pour aborder la musique classique, car c’est l’un des rares cas où les deux mains interviennent alternativement… Disponible à l’unité, et dans le recueil Premiers pas – Niveau.1.
    .
    • Autre transcription, sans doute familière aux citharistes : le Menuet n°2 qui sur YouTube introduit la vidéo Cithare et grands classiques. Auteur malheureusement non connu, mais style purement baroque, tellement plaisant à travailler au niveau 4… Disponible à l’unité, et dans le recueil Ouïe fine.
    .
    • …Et au rayon Compositions, la piécette A Marie-Paul (prénom en religion que portait une exquise cithariste des toutes premières sessions, à l’accent et l’humour marseillais légendaires, en même temps que d’une grande profondeur…) C’est l’intériorité de cette sœur trop tôt disparue, que j’ai voulu évoquer en composant la piécette portant son nom. Disponible à l’unité, et dans le recueil Vingt-deux piécettes pour cithare – Niveau 1.
    .

Posté le mercredi 24 janvier 2018 dans Actualités, Dernières mises en ligne

Avant-goût du CD de musique hébraïque en préparation : Qehi kinnor sobbi ir… (« Prends ta cithare, parcours la ville… »). Mélodie d’un chant composé par Christoph Uehlinger, et adapté à la cithare – pour le bonheur des citharistes qui se retrouvent à la fois dans le titre et dans la musique !

(Partition disponible à l’unité, ou dans le recueil Kinodies 1 – Niveau 3).
..

.

 » Piécette à Colette «  : une petite pièce de mon répertoire, d’une extrême douceur, toute indiquée me semble-t-il pour entrer avec les santons, dans le mystère de Noël. Un chant clair, un épisode festif, puis un chant plus grave où l’on entendra – qui sait – la voix de St Joseph… ou celle du vieillard Siméon…

(Partition de niveau 1, disponible à l’unité, ou dans le recueil Vingt-deux piécettes pour cithare).
..

 

Posté le mardi 16 janvier 2018 dans Actualités, Audios et vidéos du mois

Message rédigé un peu plus tôt que d’habitude dans le mois, pour que ceux qui n’auraient point encore reçu mes meilleurs vœux par courriel, ne se sentent pas oubliés…
car je souhaite évidemment le meilleur à chacun : citharistes bien sûr ! mais aussi fans de cithare, et très spécialement organisateurs de concerts avec qui je suis constamment en dialogue… Que 2018 vous soit une année excellente et belle !

Le compte à rebours a débuté pour mon enregistrement de musiques d’Israël, exigeant de multiplier par 2 ou 3 le temps ordinaire de travail instrumental… Donc peu de réalisations autres ; mais plutôt, la joie incomparable de viser et approcher la beauté ! Et aussi je le sens, une occasion de progresser techniquement, de découvrir mille subtilités et astuces… Les élèves ne manqueront pas de le ressentir dans les mois qui viennent ! Tandis que intérieurement, cela m’amène à penser de plus en plus sérieusement au tome 2 de la méthode…

Enfin, tout frais de ce week-end, un immense bonheur : celui d’avoir rassemblé une poignée de citharistes de la région dans un foyer de sans-abris, pour une après-midi de chants de Noël (chants accompagnés bien sûr), à laquelle étaient conviés les passagers du foyer en même temps que nos amis… Nous étions une vingtaine, et nos invités ont goûté à ce charme particulier de reprendre ensemble les cantiques connus et tant aimés, qui passent « toujours trop vite » pendant les célébrations de Noël. A la fin, tout le monde ne parlait que de recommencer et de faire connaître la proposition : on n’y manquera pas !

Autres infos, autres émotions en 2018, dès février…

Posté le jeudi 11 janvier 2018 dans Actualités

Nouveauté : pas seulement des partitions !

Au rayon Audios : Mise à disposition graduelle de morceaux à l’unité, en téléchargement…

En commençant bien sûr par La Source, 1re de mes compositions pour cithare, extraite du CD Cithare Chemin de paix : une mélodie toute en sobriété et transparence, composée de 4 notes seulement… alternant jaillissements et approfondissements…

La partition (de niveau 3) est elle aussi disponible à l’unité.

Au rayon partitions :

  • La sublime berceuse tchèque Tece voda tece, que l’on peut entendre de mille façon sur YouTube – mais aussi dans l’adaptation mariale bien connue Sainte Vierge ma mère”. La liberté rythmique du chant maternel traditionnel se prête à merveille à un accompagnement de cithare en arpégé, plus libre encore…
    Disponible à l’unité, et dans le recueil Cithare à Notre-Dame – Niveau 4 (mais partiellement accessible dès le niveau 2).
    .
  • Alma Redemptoris Mater (“”) : composition personnelle inspirée de l’antienne grégorienne du même nom, traditionnellement chantée dans la période du 1er dimanche de l’Avent jusqu’au 2 février.
    Des volutes particulièrement mélodieuses, que j’ai ressenti comme tout indiquées pour recevoir un accompagnement de cithare…
    C’est la première mise en ligne d’une série d’antiennes mariales du même genre, qui prendront place dans un recueil spécifique, annoncé à la suite de Cithare à Notre Dame.
    En savoir plus sur cette antienne grégorienne…

 

Posté le vendredi 22 décembre 2017 dans Actualités, Dernières mises en ligne